Séminaires d'analyse

La SBAM organise pendant cette année académique 2017-2018 des séminaires destinés aux professionnels de l’écriture et de l’analyse ainsi qu’aux pédagogues qui enseignent ces disciplines et aux étudiants de l’enseignement supérieur (conservatoire et université). Les séminaires sont accessibles aux membres de la SBAM. Pour les conditions d'affiliation à la SBAM, voir ici. Les personnes intéressées par ces séminaires et qui désirent être tenues informées des séances suivantes voudront bien nous faire parvenir un mail avec leurs nom, prénom, fonctions et adresse mail à notre adresse, .

Le prochain séminaire aura lieu le 31 mai 2018 à l’académie de musique de Saint-Gilles, 16 rue Neufchâtel à 1060 Bruxelles, et sera animé par Moreno Andreatta (cliquez pour lire son CV).

Il aura pour thème :

Représentations géométriques et modélisations informatiques

Si les mathématiques ont accompagné depuis toujours la réflexion sur les fondements théoriques de la musique, elles sont devenues incontournables dans l’analyse musicale computationnelle, en particulier à cause de l’articulation profonde entre formalisation théorique et modélisation informatique des structures et processus musicaux. En effet, à la suite de Mersenne, véritable fondateur d’une démarche combinatoire en musique, plusieurs propositions théoriques au sein de la tradition américaine (ensembliste et transformationnelle) ainsi que de l’« école formelle française » (de Camille Durutte à André Riotte, en passant par Edmond Costère, Pierre Barbaud, Michel Philippot, Iannis Xenakis, sans oublier le compositeur et théoricien belge Henri Pousseur), proposent un couplage permanent entre formalisations algébriques et représentations géométriques qui trouvent des applications tout à fait naturelles en analyse musicale assistée par ordinateur. Au-delà des aspects théoriques et informatiques, la recherche « mathémusicale » soulève également des questions qui touchent directement à l’acte musical, dont on peut étudier les retombées épistémologiques et cognitives sans une séparation idéologique et souvent caricaturale des diverses pratiques musicales au sein de la musique savante (ou « contemporaine ») ainsi que des musiques dites « actuelles » (rock, chanson, pop, jazz, …). Quel rôle jouent ou peuvent jouer les différentes représentations des structures et processus musicaux ? Quelle place occupe la formalisation mathématique et la modélisation informatique dans les processus compositionnels ainsi que dans les démarches théoriques et analytiques ? Dans ce séminaire, on croisera différentes représentations géométriques des structures musicales, de l'horloge chromatique au ruban de Moebius, de la spirale au tore. C’est en s’appuyant sur ces différentes structures géométriques qu’on peut à la fois analyser différents styles de musique mais aussi concevoir de nouvelles formes musicales. On montrera, par exemple, comment généraliser l'idée du « désordre organisé » à la base des pièces canoniques d'Oliviers Messiaen telles Adieu ou Harawi à l'aide de la notion de canon rythmique mosaïque ou bien comment obtenir des progressions harmoniques inédites à l’aide du Tonnetz (ou « réseau des notes »), dont l’origine lointaine remonte au mathématicien Euler, en mélangeant ainsi au plaisir les ingrédients de la musique classique, de la pop et de la chanson. Ou encore comment transformer avec des symétries des chorales de Bach ou des pièces des Beatles tout en préservant leur logique interne. Ce séminaire alternera des présentations multimédia d’analyses musicales, des extraits sonores et des interprétations live.



Les séminaire précédents, animés par Nicolas Meeùs, ont été consacrés à l’analyse schenkérienne. Ils ont eu lieu les jeudi 9 novembre et 14 décembre 2017 et le 15 mars 2018.